Translation by Matthew Cullinan Hoffman

Cardinal Robert Sarah
Very dear brothers of the episcopacy and the presbyterate,
Very dear brothers and sisters,
Very dear ordinands,

I do not believe that it is by pure chance or simply a happy coincidence that you have chosen to receive the grace of the diaconate and the presbyterate, on the vigil of the solemnity of the the Holy Sacrament of the Body and Blood of Christ. To me, it is evidence that divine providence, master of history and events, has itself helped to arrange the circumstances and the times of the sacrament that we celebrate today. God wants in this way to show us, at the end of that long preparation to your sacerdotal and pastoral ministry, that it is not you who give you to him, but it is he who, freely and in his great generosity, gives himself to you. Admittedly, today, in the eyes of the world, you enlist yourself to offer your bodies, your heart, all of your life and all of your ability to love the Lord. This personal and freely consented engagement, you will manifest all the time by the responses that you give to questions that I am going to address to your concerning your willingness to prach the gospel, to consacrate your life to prayer and praise and to live in obedience, celibacy, and poverty, for the love of Christ and as a sign of the gift of yourselves to God. But in reality, it is God himself who gives himself to you, so that in welcoming him in the depths of your heart, he makes of you the instruments of his love.

Saint Paul, identifying himself totally with the Christ who died and was resurrected, had the moving experience of having been loved personally by Jesus.  That experience transformed him from top to bottom, until he shared the same existence, the same life, and the same love as that of Christ.  “I am crucified with Christ, and it is no longer I who lives, but Christ who lives in me.  My present life in the flesh, I live in the faith of the Son of God who has loved me and was delivered for me” (Galatians 2, 19-20). Yes, Jesus loves each one of us personally, freely, generously.

In effect, with the Holy Eucharist, sacrament, if one may say, of the divine generosity, God concedes to us his grace, and it is God himself who gives himself to us, in Jesus Christ who is really and always present—and not only during the Holy Mass—with his body, with his soul, with his blood and divinity.  From now on, by the priestly ordination, you will, by vocation, have to perpetuate the eucharistic sacrifice daily, the sacrifice of the gift that Jesus makes of himself and you, the deacons, regularly kneeling for contemplation and adoration, you must give this presence of love to the Christian faithful so that they may be nourished with it. By the imposition of my hands and by a new and ineffable outpouring of the Holy Spirit, you are going to receive an indelible character in your souls that configures you to Christ, renders you completely identical to the Christ-Priest, in associating you with the plenitude of Christ, to act in the name of Jesus Christ, head of the Mystical Body (cf. Cyrill of Jerusalem, Catecheses, 22:3). You must work each day so that, thanks to the Holy Spirit, you perfectly resemble Christ, “a ressemblance similar to that which exists between water and water,” between the water that flows from the Source and that which, from there, has arrived in the jug. In effect, it is by nature the same purity that we have seen in Christ, and with he who participates in Christ.  But with Christ it flows from the Source, and he who participates in Christ draws on that Source and causes the purity and beauty of Christ to pass into life (cf. St. Gregory of Nyssa). Yes, from now on you are not only an “Alter Christus,” but much more, you are “Ipse Christus.” You are Christ himself. An admirable mystery, but how formidible and terrifying at the same time!

With the sacrament of Holy Orders, you will, in pronouncing the very words of Christ, consecrate the bread and wine so that they become the body and blood of Christ.  In this way, you are going to offer to God the Holy Sacrifice, pardon sins in sacramental confession and exercise the ministry of the teaching of doctrine to people, “in iis quae sunt ad Deum,” in all that has reference to God, and only in that. You see that everything you are, all that you do, all that you say, does not belong to you. Everything, absolutely everything, is a gift and manifestation of the love of God in your favor, and without any merit on your part.

This is why the priest should be exclusively a man of God, a saint or a man who aspires to sanctity, daily given to prayer, to thanksgiving and praise, and refusing to shine in the areas where other Christians have no need of him. The priest is not a psychologist, nor a sociologist, nor an anthropologist, nor a researcher in a nuclear reactor, nor a politician. He is another Christ, and I repeat: he is truly “Ipse Christus, Christ himself,” destined to support and iluminate the souls of his brothers and sisters, to guide men to God and open to them the spiritual treasures of which they are terribly deprived today. You are priests to reveal the God of Love who has revealed himself on the cross and to kindle, thanks to your prayers, faith, love, and the return of sinful man to God.

In effect, we live in a world where God is more and more absent and where we don’t know our values are and we don’t know our landmarks.  We no longer have common moral reference points. We no longer know what is evil and what is good. There are a mulitude of points of view.  Today, we call white what we once called black, and vice versa.  What is serious, and make no mistake about it, is the transformation of error into a rule of life.  In this context, as priests, pastors and guides of the People of God, you should be continuously focused on being always loyal to the doctrine of Christ.  It is necessary for you to constantly strive to acquire the sensitivity of conscience, the faithful respect for dogma and morality, which constitute the desposit of faith and the common patrimony of the Church of Christ. It is precisely the advice and the exhortation that Saint Paul addresses to each one of us, today, in the first reading: “Show yourself a model for believers, by word, conduct, charity, faith, purity…Commit yourself to reading, to exhortation, to teaching. Do not neglect the spiritual gift that is within you, which has been conferred upon you by a prophetic intervention accompanied by the imposition of the hands of the college of priests…Watch over your person and your teaching; persevere in these dispositions” (1 Timothy 4:12-14, 16).

If we have fear of proclaiming the truth of the Gospel, if we are ashamed of denouncing grave deviations in the area of morality, if we accomodate ourselves to this world of moral laxity and religious and ethical relativism, if we are afraid to energetically denounce the abominable laws regarding the new global ethos, regarding marriage, the family in all of its forms, abortion, laws in total opposition to the laws of nature and of God, and that the western nations and cultures are promoting and imposing thanks to the mass media and their economic power, then the prophetic words of Ezechiel will fall on us as a grave divine reproach. “Son of man, prophetize against the pastors of Israel to pastor themselves.  Should not the pastors feed the flock? You have been fed with milk, you have dressed yourselves with wool.  You have not strengthened the weak lambs, cared for those who were sick, healed those who were injured.  You have not restored those who have strayed, searched for those who were lost.  But you have governed them with violence and hardness.” (Ez. 34: 2-4)

These reproaches are serious, but more important is the offense that we have committed against God when, having received the responsibility of caring for the spiritual good of all, we mistreat souls by depriving them of the true teaching of the doctrine of regarding God, regarding man, and the fundamental values of human existence, or we deprive them of the clear water of baptism that regenerates the soul, of the sanctifying oil of Confirmation which reinforces it, of the tribunal of pardon and of the eucharistic food that gives eternal life.

You, beloved friends well-loved servants of God, love to sit in the confessional to hear the souls who want to confess their sins and desire humbly to return to the paternal House.  Celebrate the Eucharist with dignity, fervor, and faith. He who does not struggle to preach the Gospel, convert, protect, nourish, and lead the People of God down the road of truth and of life that is Jesus Christ himself, he who is silent in the face of the grave deviations of this world, enchanted by its technology and its scientific successes, exposes himself to one or another to the forms of slavery that can enchain your poor hearts: the slavery to an exclusively human vision of things, the slavery of ardently desiring temporal power or prestige, the slavery of vanity, the the slavery of money, the servitude to sensuality.

And there is only way that can liberate us from these forms of slavery and bring us to fully assume our ministry of pastors and of shepherds, and that is the way of love.  Love, agapé, is the key for understanding Christ.  And it is for that reason, he who exercises the pastoral ministry in the Church, connot put his energies in anything but a supreme love of Christ.  To feed the flock is an act of love.  This is because love ties us closely and intimately to Christ such that we are even to shepherd his flock, and this connection of love with Christ is so strong that we cannot go where we want.  We are no longer masters of our time nor of ourselves. And it is precisely because of this that Jesus does not ask Peter if he knows him well, nor if he is content with the miraculous catch of which he was just gratified, to then confer upon him a personal and completely special mission.  Jesus asks Peter: “Do you love me?” The first two times, Peter responds: “Yes, Lord, you know that I love you.” But the third time, following the insistence of Jesus, Peter becomes more humble, smaller, profoundly hurt by the remembrance of his betrayal and his sin. He no longer uses the verb “love” alone, with all that which its meaning carries of purity, of clarity of strength, of truth, and of commitment. Remembering the painful experience of his wrechedness and his human weaknesses during the passion, he nuances his response in making it more humble and in attenuating it with a phrase that is like an expression of abandonment of self to the knowledge and the merciful love of God.  Saint John recalls that “Peter was pained by being asked a third time “Do you love me” and he said to him “Lord, you know everything, you know well that I love you.” Jesus said to him: “Feed my lambs” (John 21:17).

Like the heart of Peter and like that of John the Baptist, whose birth we celebrated yesterday, the heart of the priest must be full of love and seek humility.  For humility renders us more like Christ, who said: “I am meek and humble of heart” (Matthew 11:29).  Yes, humility and love bring us closer to and make us resemble God who “humbled himself, becoming obedient unto death, even to death on a cross” (Philippians 3:8).

The duty and the mission of being a shepherd, of witnessing to Christ, is understood as nothing more than the love of Christ, than the love of the Crucified One. And the cross is the greatest school where we learn to love.  When we do not love, we have terrible fear in the face of the powers of this world, and we seek to compromise.  When, to the contrary, we love, there is no power that can close our mouths, and the lashes of the whip, the threats, the calumnies, or even stonings do nothing more than purify us of fear and fill our hearts “with joy for having being judged worthy of suffering outrages for the name of Jesus” (Acts 5:41).

It seems to me that, if there is today a true crisis in the world, that crisis is that of the love of Christ and of the pope, the Vicar of Christ, among many, and even among certain Christians, priests, and bishops.  They consider the pope and Christ as an idea or an institution or a power or a myth and not as they modestly and divinely are, to wit: a God that, in the man Jesus, has defeated death so that man can experience liberation, and a brother (the pope), who guides men liberated by the blood of Jesus and who are called, for their part, to lead others to the fullness of liberation that is nothing else than the plenitude of love.  It is only in loving that the world, which does not know, will understand the meaning of belief, and will discover love, that love which is not a vague sentiment nor an egotistical quest for pleasure, but rather a friendly face, a brother who has died for each one of us, so that the world will discover love.  This, then, will be the Passover, forever and for all, that Passover that the ordination of priests gives us to celebrate each day for the glory of God, the sanctification and the salvation of the world. I entrust you to the Virgin Mary and St. John the Baptist. Amen.

French original from the Community of St. Martin website (http://www.communautesaintmartin.org/spip.php?article370)

Vous trouverez ci-après le texte de l’homélie que Son Eminence le Cardinal Robert Sarah a prononcée à l’occasion des ordinations diaconales et sacerdotales du 25 juin.

Le Cardinal Robert Sarah
Bien cher Frères dans l’Episcopat et le Sacerdoce,
Bien chers Frères et Sœurs,
Bien chers Ordinands,

Je ne crois pas que ce soit un pur hasard ou tout simplement une heureuse coïncidence que vous ayez choisi de recevoir la grâce du Diaconat et du Presbytérat, la veille de la Solennité du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ. C’est pour moi une évidence que la Providence divine, maître de l’histoire et des événements, a aidé, elle-même, à prédisposer les circonstances et les moments du Sacrement que nous célébrons aujourd’hui. Dieu veut ainsi vous montrer, à la fin de cette longue préparation à votre ministère sacerdotal et pastoral, que ce n’est pas vous qui vous donnez à Lui, mais c’est Lui qui, gratuitement et dans sa grande générosité, se donne à vous. Certes, aujourd’hui, aux yeux du monde, vous vous engagez à offrir votre corps, votre cœur, toute votre vie et toutes vos capacités d’aimer au Seigneur. Cet engagement personnel et librement consenti, vous le manifesterez tout à l’heure par les réponses que vous donnerez aux questions que je vous adresserai concernant votre disponibilité à prêcher l’Evangile, à consacrer votre vie à la prière et à la louange et à vivre dans l’obéissance, le célibat et la pauvreté par amour pour le Christ et en signe de Don de vous-mêmes à Dieu. Mais en réalité, c’est Dieu lui-même qui se donne à vous, pour qu’en l’accueillant au plus profond de votre cœur, il fasse de vous les Instruments de son Amour. Saint Jean nous rappelle plus d’une fois les paroles de Jésus : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais c’est moi qui vous ai choisis et établis pour que vous alliez et portiez du fruit et que votre fruit demeure » (Jn 15, 16). Et dans sa Première Lettre, il ajoute : « En ceci consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est Lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime de propitiations pour nos péchés… Quant à nous, aimons puisque Lui nous a aimés le premier » (1 Jn 4, 10-19).

Saint Paul, lui-même, s’identifiant totalement au Christ mort et ressuscité, fait l’expérience bouleversante d’avoir été aimé personnellement par Jésus. Cette expérience le transforme de fond en comble jusqu’à partager le même être, la même vie et le même amour que ceux du Christ : « Je suis crucifié avec le Christ ; et ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. Ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré pour moi ». (Ga 2, 19-20). Oui, Jésus aime chacun de nous personnellement, gratuitement, généreusement.

En effet, avec la Sainte Eucharistie, Sacrement, si l’on peut dire, de la générosité divine, Dieu nous concède sa grâce, et c’est Dieu lui-même qui se donne à nous, en Jésus-Christ qui est réellement et toujours présent – et non seulement durant la Sainte Messe – avec son corps, avec son âme, avec son sang et sa Divinité. Désormais par l’ordination presbytérale, vous aurez, par vocation, à perpétuer quotidiennement le Sacrifice Eucharistique, le Sacrifice du Don que Jésus fait de lui-même et vous, les Diacres, régulièrement à genoux pour la contempler et l’adorer, vous aurez à donner cette Présence d’Amour aux fidèles chrétiens pour qu’ils s’en nourrissent. Par l’imposition de mes mains et par une nouvelle et ineffable effusion de l’Esprit Saint, vous allez recevoir dans vos âmes un caractère indélébile qui vous configure au Christ, vous rend entièrement semblables au Christ-Prêtre, en vous associant à la plénitude du Christ, pour agir au nom de Jésus-Christ, Tête du Corps Mystique (cf. Cyrille de Jérusalem, Catéchèses, 22,3). Vous aurez à travailler chaque jour pour que, grâce à l’Esprit-Saint, vous ressembliez parfaitement au Christ ; « ressemblance pareille à celle qui existe entre l’eau et l’eau », entre l’eau qui jaillit de la Source et celle qui de là est venue dans l’amphore. En effet, c’est par nature la même pureté que l’on voit dans le Christ, et chez celui qui participe au Christ. Mais chez le Christ elle jaillit de la Source, et celui qui participe du Christ puise à cette Source et fait passer dans sa vie la pureté et la beauté du Christ (cf. St Grégoire de Nysse). Oui, désormais vous n’êtes pas seulement un « Alter Christus », mais bien plus : vous êtes « Ipse Christus ». Vous êtes le Christ lui-même. Mystère admirable mais combien redoutable et terrifiant en même temps !

Avec le Sacrement de l’Ordre, vous allez, en prononçant les paroles mêmes du Christ, consacrer le pain et le vin pour qu’ils deviennent le Corps et le Sang du Christ. Vous allez ainsi offrir à Dieu le Saint Sacrifice, pardonner les péchés dans la confession sacramentelle et exercer le ministère de l’enseignement de la Doctrine au peuple, « in iis quae sunt ad Deum », en tout ce qui se réfère à Dieu, et en cela seulement. Vous voyez que tout ce que vous êtes, tout ce que vous faites, tout ce que vous dites, ne vous appartient pas. Tout, absolument tout, est Don et manifestation de l’Amour de Dieu en votre faveur, et sans mérite aucun de votre part.

C’est pourquoi le prêtre doit être exclusivement un homme de Dieu, un Saint ou un homme qui aspire à la sainteté, quotidiennement adonné à la prière, à l’action de grâce et à la louange, et renonçant à briller dans des domaines où les autres chrétiens n’ont nul besoin de Lui. Le prêtre n’est pas un psychologue, ni un sociologue, ni un anthropologue, ni un chercheur dans les centrales nucléaires, ni un homme politique. C’est un autre Christ ; et je répète : il est vraiment « Ipse Christus, le Christ lui-même », destiné à soutenir et à éclairer les âmes de ses frères et sœurs, à conduire les hommes vers Dieu et à leur ouvrir les trésors spirituels dont ils sont terriblement privés aujourd’hui. Vous êtes prêtres pour révéler le Dieu d’Amour qui s’est manifesté sur la croix et pour susciter, grâce à votre prière, la foi, l’amour et le retour de l’homme pécheur à Dieu.

En effet, nous vivons dans un monde où Dieu est de plus en plus absent et où nous ne savons plus quelles sont nos valeurs et quels sont nos repères. Il n’y a plus de références morales communes. On ne sait plus ce qui est mal et ce qui est bien. Il existe une multitude de points de vue. Aujourd’hui, on appelle blanc ce qu’hier on appelait noir, ou vice versa. Ce qui est grave, ce n’est pas de se tromper ; c’est de transformer l’erreur en règle de vie. Dans ce contexte, comme prêtres, pasteurs et guides du Peuple de Dieu, vous devez avoir la préoccupation constante d’être toujours loyaux envers la Doctrine du Christ. Il vous faut constamment lutter pour acquérir la délicatesse de conscience, le respect fidèle envers le Dogme et la Morale, qui constituent le dépôt de la foi et le patrimoine commun de l’Eglise du Christ. C’est précisément les conseils et l’exhortation que Saint Paul adresse à chacun de vous, aujourd’hui, dans la Première Lecture : « Montre-toi un modèle pour les croyants, par la parole, la conduite, la charité, la foi, la pureté… Consacre-toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement. Ne néglige pas le Don spirituel qui est en toi, qui t’a été confié par une intervention prophétique accompagnée de l’imposition des mains du Collège des Presbytres… Veille sur ta personne et sur ton enseignement ; persévère en ces dispositions » (1 Tm 4, 12-14.16).

Si nous avons peur de proclamer la vérité de l’Evangile, si nous avons honte de dénoncer les déviations graves dans le domaine de la morale, si nous nous accommodons à ce monde de relâchement des mœurs et de relativisme religieux et éthique, si nous avons peur de dénoncer énergiquement les lois abominables sur la nouvelle éthique mondiale, sur le mariage, la famille sous toutes ses formes, l’avortement, lois en totale opposition aux lois de la nature et de Dieu, et que les Nations et les cultures occidentales promeuvent et imposent grâce aux mass-média et à leurs puissances économiques, alors les paroles prophétiques d’Ezéchiel tomberont sur nous comme un grave reproche divin. « Fils d’homme, prophétise contre les Pasteurs d’Israël qui se paissent eux-mêmes. Les pasteurs ne doivent-ils pas paitre le troupeau ? Vous vous êtes nourris de lait, vous vous êtes vêtus de laine… Vous n’avez pas fortifié les brebis chétives, soigné celle qui était malade, pansé celle qui était blessée. Vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue. Mais vous les avez gouvernés avec violence et dureté » (Ez 34, 2-4).

Ces reproches sont graves, mais plus importante est l’offense que l’on fait à Dieu quand, ayant reçu la charge de veiller au Bien spirituel de tous, on maltraite les âmes en les privant du vrai enseignement et de la Doctrine sur Dieu, sur l’homme et les valeurs fondamentales de l’existence humaine, ou en les privant de l’eau limpide du Baptême qui régénère l’âme, de l’huile sanctifiante de la Confirmation qui la renforce ; du tribunal qui pardonne et de l’aliment eucharistique qui donne la vie éternelle.

Vous, chers Amis et Serviteurs Bien-aimés de Dieu, aimez à vous asseoir dans le confessionnal pour attendre les âmes qui veulent avouer leurs péchés et désirent humblement revenir dans la Maison paternelle. Célébrez l’Eucharistie avec dignité, ferveur et foi. Celui que ne lutte pas pour prêcher l’Evangile, convertir, protéger, nourrir et conduire le Peuple de Dieu sur la voie de la vérité et de la vie qui est Jésus lui-même, celui qui se tait devant les déviations graves de ce monde, ensorcelé par sa technologie et ses succès scientifiques, s’expose à l’un ou l’autre de ces esclavages qui savent enchainer vos pauvres cœurs : l’esclavage d’une vision exclusivement humaine des choses, esclavage du désir ardent de pouvoir ou de prestige temporel, l’esclavage de la vanité, l’esclavage de l’argent, la servitude de la sensualité.

Et il n’y a qu’une voie qui puisse nous libérer de ces esclavages et nous conduire à assumer pleinement notre ministère de pasteurs et de bergers : c’est la voie de l’Amour. L’Amour, l’Agapè, est la clef pour comprendre le Christ. Et pour celui qui exerce le ministère pastoral dans l’Eglise, il ne peut puiser ses énergies que dans un Amour suprême pour le Christ : faire paître le troupeau est un acte d’Amour. C’est parce que l’Amour nous lie étroitement et intimement au Christ que nous sommes à même de paitre son troupeau, et ce lien d’Amour avec le Christ est si fort que nous ne pouvons plus aller où nous voulons. Nous ne sommes plus maîtres de notre temps ni de nous-mêmes. Et c’est précisément pour cela que Jésus ne demande pas à Pierre s’il le connaît bien, ni s’il est content de la pêche miraculeuse dont il vient d’être gratifié, pour ensuite lui confier une mission personnelle et toute spéciale. Jésus demande à Pierre : « Est-ce que tu m’aimes ? ». Les deux premières fois, Pierre répond : « Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime ». Mais la troisième fois, à la suite des insistances de Jésus, Pierre se fait plus humble, plus petit, profondément meurtri par le souvenir de sa trahison et de son péché. Il n’utilise plus le verbe aimer seul, avec tout ce que sa signification comporte de pureté, de limpidité, de force, de vérité et d’engagement. Se souvenant de l’expérience douloureuse de sa misère et de ses faiblesses humaines durant la Passion, il nuance sa réponse en la rendant plus humble et en l’atténuant par une phrase qui est comme une expression d’abandon de soi à la science et à l’Amour miséricordieux de Dieu. Saint Jean rapporte que « Pierre fut peiné de ce qu’il eût dit pour la troisième fois : « M’aimes-tu ? » et il Lui dit : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime ». Jésus lui dit : « sois le berger de mes brebis » (Jn 21, 17).

Comme le cœur de Pierre et comme celui de Jean-Baptiste dont nous avons célébré la naissance hier, le cœur du Prêtre doit être rempli d’Amour et rechercher l’humilité. Car l’humilité nous configure davantage au Christ qui a dit : « Je suis doux et humble de cœur » (At 11,29). Oui, l’humilité et l’amour nous rapprochent et nous font ressembler à Dieu qui « s’est anéanti et s’est abaissé lui-même devenant obéissant jusqu’à la mort et à la mort sur une croix » (Ph 3,8).

Le devoir et la mission d’être berger, de témoigner du Christ ne se comprennent que si l’on aime, que si l’on est amoureux du Crucifié. Et la croix est la plus grande école où nous apprenons à aimer. Quand on n’aime pas on a terriblement peur devant les pouvoirs de ce monde et on cherche un compromis. Quand, au contraire, on aime, il n’y a pas de pouvoir qui puisse nous fermer la bouche, et les coups de cravache, les menaces, les calomnies, ou même les lapidations ne serviraient qu’à nous purifier de la peur et à nous remplir le cœur « de joie d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le Nom de Jésus » (Act 5,41).

Il me semble que s’il y a, aujourd’hui, une véritable crise dans le monde, cette crise est celle de l’Amour pour le Christ et pour le Pape, le Vicaire du Christ, chez beaucoup, et même parmi certains chrétiens, prêtres et Evêques. Ceux-là considèrent le Pape et le Christ comme une idée ou une institution ou un pouvoir ou un mythe et non pour ce qu’ils sont modestement et divinement, à savoir : un Dieu qui, dans l’homme Jésus, a vaincu la mort pour que l’homme puisse vivre une expérience de libération ; et un frère (le Pape), qui guide ces hommes libérés par le sang de Jésus et qui sont appelés, à leur tour, à conduire les autres vers la plénitude de la libération qui n’est autre que la plénitude de l’Amour. C’est en aimant seulement que le monde, qui ne croit pas, comprendra ce que signifie croire et découvrira l’Amour, cet Amour qui n’est pas un sentiment vague ni une recherche égoïste du plaisir, mais un visage ami, un frère qui est mort pour un chacun de nous, afin que le monde découvre l’Amour. Ce sera alors la Pâque, pour toujours et pour tous. Cette Pâque que l’ordination sacerdotale vous donne de célébrer chaque jour pour la Gloire de Dieu, la Sanctification et le Salut du Monde. Je vous confie à la Vierge Marie et à St Jean-Baptiste. Amen.