Blogs
Image en vedette

Note : Cet article a été traduit automatiquement en français.

(LifeSiteNews) - Chers amis,

Alléluia, Alléluia,
Ce matin de Pâques, à l'aube,
les femmes fidèles s'en sont allées
pour chercher le tombeau de Jésus.
Alléluia !

Joyeuses Pâques à tous !

Ces paroles - que beaucoup d'entre nous viennent d'entendre chantées lors de la veillée pascale - me rappellent les sentiments de sainte Marie-Madeleine lorsqu'elle a été réunie avec le Seigneur ressuscité au premier matin de Pâques.

Lorsque Marie a rencontré le Christ au début du dimanche de Pâques, elle pleurait.

"Pourquoi pleures-tu ? demandèrent les anges.

"Parce qu'ils ont emmené mon Seigneur, répondit-elle, et je ne sais pas où ils l'ont emmené.

Pour Marie-Madeleine, la découverte du tombeau vide a dû apparaître comme un coup final, catastrophique.

Depuis trois jours, elle subit des tourments psychologiques accablants.

Elle avait vu son Seigneur et Sauveur, celui qu'elle "aimait beaucoup", qui avait pardonné ses péchés et lui avait rendu sa dignité, subir les affres de sa Passion.

Elle l'a vu trahi, arrêté, emprisonné, accusé à tort, torturé, tourné en dérision et finalement mis à mort d'une manière plus douloureuse que toute autre mort, parce qu'il portait les péchés du monde.

Et maintenant, en sortant ce matin-là, avant même qu'il fasse jour, elle s'aperçut qu'elle avait été privée de l'occasion de s'occuper de son corps dans la mort.

C'est l'aboutissement d'une tragédie personnelle et d'une horreur inouïe.

Pourtant... quelques instants plus tard, elle rencontre son Seigneur ressuscité.

En quelques instants, elle a dû passer des profondeurs d'une agonie inimaginable à l'exaltation d'une joie incompréhensible.

Y a-t-il là une leçon pour nous qui endurons aujourd'hui la souffrance du Christ dans son Église ?

Sainte Marie-Madeleine savait qu'elle était pécheresse et que le Christ était son Sauveur. Dans la nuit du Jeudi saint, il lui a été arraché par des hommes mauvais, et elle ne savait pas quand, ni s'il lui serait rendu.

Nous savons que nous sommes pécheurs et que nous avons besoin de l'Église pour notre salut. Nous savons que sans elle, nous ne pouvons pas aller au paradis.

Mais beaucoup d'entre nous ont eu l'impression que l'Église avait été arrachée à nous par des hommes malveillants.

Dans nos paroisses, dans nos diocèses, dans nos pays, des hommes mauvais, des évêques corrompus et des prêtres déchus ont essayé de nous enlever le Christ.

Ils ont imposé les mains à Notre Seigneur, comme l'ont fait les soldats dans le jardin de Gethsémani, et ils l'ont embrassé avec le baiser de Judas.

Nous en avons été les témoins et avons éprouvé une horreur semblable à celle de Sainte Marie-Madeleine assistant à la Passion de Notre Seigneur.

Le Christ souffrait alors dans son corps physique. Aujourd'hui, il souffre dans son corps mystique.

Il ne s'agit pas d'une simple métaphore. C'est une réalité.

L'Église est le corps mystique du Christ. Il en est la tête et nous en sommes les membres.

Et comme l'a dit saint Thomas d'Aquin :

La tête et les membres sont comme une seule personne mystique.

Parce que le Christ et l'Église ne font qu'un, le père Faber pouvait écrire :

L'amour d'un homme pour l'Église est le test le plus sûr de son amour pour Dieu.

Quand nous aimons Dieu, nous aimons l'Église. Quand on aime l'Église, on souffre avec elle.

Et nous l'avons beaucoup vue souffrir au cours de notre vie.

Pâques est un rappel important que les triomphes du mal ne sont que temporaires.

Jésus lui dit : "Marie". Elle se retourna et lui dit : "Rabboni".

L'espace de temps qu'il a fallu à Jésus pour prononcer le nom "Marie" a suffi à transporter Sainte Marie de Magdala des profondeurs de la douleur aux sommets de la joie.

De même, Dieu a le pouvoir de justifier son Église et de renverser ses ennemis en un instant, en un clin d'œil.

Et il le fera !

Nous pouvons être certains que Dieu ne permet cette terrible période d'épreuve que parce qu'il en tirera un plus grand bien.

Et quel type de bien peut résulter de la plus grande période de mal de l'histoire de l'humanité ?

Seulement quelque chose de plus glorieux que ce que nous pouvons imaginer - tout comme la résurrection de notre Seigneur était quelque chose qui dépassait les espoirs les plus fervents de Sainte Marie-Madeleine.

Le message de Pâques est le message de la victoire finale du bien sur le mal, de la lumière sur les ténèbres.

Notre devoir, au cours de cette nuit noire, est de veiller.

Dans le livre de l'Apocalypse, Notre Seigneur s'adresse à l'église de Sardes avec des mots qui semblent presque nous être adressés aujourd'hui. Il dit :

Veillez et fortifiez ce qui reste, ce qui est prêt à mourir. (Apoc. 3:2)

Renforcez les choses qui restent.

Cela semble être notre grande mission aujourd'hui, et c'est un élément central de la mission de LifeSiteNews.

Vous et moi ne pouvons pas sauver l'Église - seul Dieu peut le faire - mais nous pouvons travailler à "affermir les choses qui restent", à affermir les choses qu'il est en notre pouvoir d'affermir, même lorsqu'ils semblent prêts à mourir.

Nous devons renforcer notre vie spirituelle. Nous devons travailler à renforcer nos familles, nos amis et les communautés auxquelles nous appartenons. Nous devons renforcer notre connaissance et notre compréhension de la foi catholique, qui est la "perle sans prix".

Saint Paul nous a mis en garde :

Tenez bon et conservez les traditions que vous avez apprises de nous, en paroles ou par écrit. (2 Thess. 2:15)

Et il nous commande :

Si nous-mêmes, ou un ange venu du ciel, vous annonçons un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème. (Gal. 1:8)

Cela signifie que nous devons rejeter le faux évangile d'un faux accueil et d'une acceptation sans repentance, et donc un évangile sans salut.

Nous devons être fidèles au véritable évangile de Jésus-Christ. C'est l'Évangile dont saint Paul dit : "Nous devons être fidèles au véritable Évangile de Jésus-Christ :

L'Évangile que j'ai prêché n'est pas conforme à l'homme.Car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par la révélation de Jésus-Christ. (Gal. 1:11-12)

Cet Évangile a été donné par Dieu aux apôtres et par les successeurs des apôtres à nous-mêmes. Il nous a été présenté par le magistère infaillible de l'Église catholique, et nous devons en respecter chaque point et chaque iota.

Peu importe le nombre de ceux qui tombent - comme Judas - nous devons rester éveillés et veiller.

Il se peut que la veille soit longue et pénible, mais Notre Seigneur nous a promis que nous ne veillerons pas seuls. Un reste fidèle subsistera toujours :

Mais tu as à Sardes quelques noms qui n'ont pas souillé leurs vêtements ; ils marcheront avec moi en blanc, parce qu'ils en sont dignes. (Apoc. 3:4)

Et ce reste fidèle recevra sa récompense :

Celui qui vaincra sera revêtu de vêtements blancs, et je n'effacerai pas son nom du livre de vie ; je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. (Apoc. 3:5)

Un jour, notre veille s'achèvera et ceux qui seront restés fidèles seront revêtus des vêtements blancs de la vie éternelle.

Le blanc est la couleur de Pâques.

Ce soir, samedi saint, des hommes et des femmes du monde entier ont été lavés par les eaux du baptême et ont revêtu des vêtements blancs.

Pendant les cinquante prochains jours, nos autels seront vêtus de blanc, nous rappelant qu'à chaque époque, l'Église est renouvelée par la célébration de Pâques et par la grâce de la résurrection de notre Seigneur.

Et aujourd'hui, l'Église chantera, comme elle l'a fait pendant de nombreux siècles :

Cette fête de Pâques était pleine de joie ;
le soleil brille d'une lumière plus claire,
alléluia, alléluia !
quand, pour leurs yeux pleins de nostalgie, ils ont été restaurés,
les apôtres ont vu leur Seigneur ressuscité.

La mort est temporaire. Le mal est temporaire. La victoire du Christ est éternelle.

De la part de tous les membres de LifeSite, nous vous souhaitons, à vous et à vos familles, toute la joie de notre Seigneur victorieux et ressuscité en cette fête de Pâques !

John-Henry Westen 
Cofondateur et directeur général 
LifeSiteNews.com

Image en vedette
Note : Cet article a été traduit automatiquement en français.

John-Henry est cofondateur, directeur général et rédacteur en chef de LifeSiteNews.com. Lui et sa femme Dianne ont huit enfants et vivent dans la vallée de l'Outaouais, dans l'Ontario, au Canada.

Il a pris la parole lors de conférences et de retraites, et est apparu à la radio et à la télévision dans le monde entier. John-Henry a fondé le Rome Life Forum, une réunion stratégique annuelle pour les responsables de la vie, de la foi et de la famille dans le monde entier. Il est membre du conseil d'administration de l'Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille. Il est consultant auprès de la plus grande organisation pro-vie du Canada, Campaign Life Coalition, et siège au conseil d'administration de la branche ontarienne de l'organisation. Il s'est présenté à trois reprises à des élections politiques dans la province de l'Ontario, en tant que représentant du Family Coalition Party.

John-Henry est titulaire d'une maîtrise de l'Université de Toronto en psychologie clinique de l'école et de l'enfant et d'un baccalauréat spécialisé de l'Université de York en psychologie.