Nouvelles
Image en vedette
Le cardinal Robert Sarah et le pape FrançoisTwitter

Note : Cet article a été traduit automatiquement en français.

VILLE DU VATICAN (LifeSiteNews) - Le pape François a déclaré que la nomination du cardinal Robert Sarah à la Congrégation pour le culte divin avait peut-être été "une erreur".

Dans un livre-entretien intitulé Le successeurLors de son entretien avec le journaliste espagnol Javier Martínez-Brocal, François a évoqué sa relation avec son prédécesseur, le pape Benoît XVI. Lors de son entretien avec le journaliste espagnol Javier Martínez-Brocal, François a déclaré : "J'ai peut-être commis une erreur en nommant (le cardinal Sarah) préfet de l'actuel dicastère pour le culte divin".

"De là, il a été manipulé par des groupes séparatistes, mais c'est un homme bon", a poursuivi le souverain pontife.

"J'ai parfois l'impression que son travail à la Curie romaine l'a rendu un peu amer", a déclaré François à propos du cardinal Sarah.

Le cardinal africain est connu pour sa fidélité à l'enseignement de l'Église et à la Tradition. Cependant, il a rarement critiqué François pendant son mandat de préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements (CDWDS) de 2014 à 2021. Récemment, cependant, le cardinal Sarah a fermement condamné l'idée de "bénédictions" homosexuelles avancée dans la déclaration hétérodoxe du Vatican Fiducia SupplicansIl a déclaré que le document propose une "hérésie qui porte gravement atteinte à l'Église, le corps du Christ, parce qu'elle est contraire à la foi et à la tradition catholiques". Il dit il était "très fier" des évêques africains pour avoir rejeté les Fiducia Supplicans.

LIRE : Le cardinal Sarah rejette fermement la Fiducia Supplicans, l'"hérésie" des "bénédictions" de personnes de même sexe

François a commenté le cardinal Sarah en parlant du livre 2020 Du fond de nos cœurs : Le sacerdoce, le célibat et la crise de l'Église catholique. Les livre défendant le célibat des prêtrescoécrit par le cardinal Sarah et le pape Benoît XVI, a été largement perçu comme une critique de François et une rare interjection du pontife à la retraite. Le livre a été publié avant l'exhortation post-apostolique très attendue du synode des évêques sur l'Amazonie, où l'éventuelle ordination d'hommes mariés (appelés "viri probati") a été discutée.

Une certaine confusion a régné quant à la qualité de coauteur du pape émérite Benoît XVI, et son nom a été retiré des versions ultérieures du livre, Benoît ne souhaitant apparemment pas être cité publiquement comme auteur, même si le manuscrit original de la version italienne du livre indiquait que le cardinal Sarah et le pape émérite avaient tous deux signé l'introduction et la conclusion.

Au moment de la publication du livre, en janvier 2020, Antonio Socci, initié au Vatican, a déclaré : "Je ne sais pas ce qu'il en est. réclamé que le pape François était "furieux" de la contribution de Benoît XVI au livre sur le célibat, exigeant qu'il retire son nom de l'ouvrage. L'archevêque Georg Gänswein, secrétaire privé de Benoît XVI, a toutefois démenti ces affirmations.

Il a été largement supposé que François pensait que Gänswein était responsable du malentendu présumé qui a conduit le pape émérite à être nommé co-auteur du livre, ce qui aurait incité le pontife régnant à supprimer Gänswein de son poste de préfet de la maison pontificale.

Dans le livre d'entretien Le successeur, Francis a critiqué Gänswein pour la publication de son livre NRien d'autre que la vérité peu après la mort du pape Benoît, déclarant que Gänswein manquait de "noblesse et d'humanité".

François a affirmé que l'ancien secrétaire privé de Benoît XVI "m'a fait des choses très difficiles".

LIRE : Le pape François reproche à l'archevêque Gänswein son "manque de noblesse et d'humanité" à propos du livre sur Benoît XVI